Le Syndrome de Fatigue Chronique

Nous avons tous des coups de fatigue. La journée de travail, les conflits, la vie domestique mettent à rude épreuve notre endurance. Notre énergie est variable, notre patience aussi. Mais un coup de fatigue qui perdure, jour après jour, peut être une maladie : le Syndrome de fatigue chronique.

Le syndrome de fatigue chronique

Cette maladie fait partie de ces pathologies qui touchent un grand nombre de personnes, mais dont on ne connait pas de remède. L'appellation savante, encéphalopathie myalgique, ne nous en apprend pas tellement plus.

D'après orpha.net site affilié à l'Inserm consacré aux maladies rares la prévalence de cette pathologie est de 1 sur 200 dans les pays développés. Un calcul rapide donne 300 000 personnes concernées en France, 50 000 personnes atteintes de syndrome de fatigue chronique en Belgique. Cette maladie dite « rare » concerne bien du monde...

Des symptomes disparates

Qu'est-ce que le syndrome de fatigue chronique ? C'est un état de fatigue anormal, qui n'est pas lié à une dépense physique et que sommeil et repos ne font pas disparaître. Cet état de fatigue peut être permanent ou subir des variations. Les scientifiques qui se sont penchés sur la question ont remarqué que cette fatigue était toujours associée à d'autres symptômes. Dans la liste qu'ils en fournissent, quatre nous intéressent particulièrement : trouble du sommeil, douleur musculaire, douleur articulaire, pharyngite.

Observons à présent le cas de deux clients que j'ai eu en consultation comme kinesiologue. La première est un homme d'environ 35 ans, que nous appellerons Dominique (ce n'est pas son vrai nom) en bonne santé générale par ailleurs. Il se plaint d'importants accès de fatigue survenus dès son enfance. A l'age adulte, il a appris à gérer le problème en s'économisant, mais ne peut éviter de terribles ''coups de pompe'' en fin d'après-midi.

Par ailleurs, Dominique souffre de douleurs en bas du dos, comme une sciatique. Le médecin de Dominique lui signale une petite malformation congénitale bénigne des vertèbres dans cette zone. Enfin, Dominique se plaint de douleur musculaire au dos, cette fois au milieu et en haut du dos.

Lors des rééquilibrages de kinesiologie, je détecte un vide d'énergie au niveau des reins. Je peux déterminer que les reins ont subis une agression, probablement un germe, alors que Dominique avait 23 ans. A cet âge, Dominique a perdu l'essentiel de ses cheveux (en médecine chinoise, la force qui siège dans les reins est couramment associée à une chevelure abondante). La Kinésiologie Essentielle met en lumière que la nature essentielle de Dominique est d'avoir besoin d'être enthousiasmé. Sa nature primordiale est dans l'ouverture, dans l'amour. Or, cette nature a été déçue, parce qu'il a trouvé un monde de méfiance, de déception. Enfant, Dominique s'est donc structuré en fermeture, puis en dévelopant une attitude rigide. Cela lui a lui a coûté énormément d'énergie (voir l'article Essence ou Ego, nature primordiale et structuration du Soi en kinesiologie).

La maladie suit la ligne de moindre résistance

Cette attitude, le fait qu'elle soit tellement contre-nature pour Dominique, induit une perturbation dans la circulation de l'énergie et un vide au niveau des reins. La force vitale faisant défaut dans la partie basse du corps, les douleurs lombaires apparaissent. Les muscles du dos cherchent à compenser la force manquante en partie basse pour le maintien du dos, et épuisent en quelques jours l'énergie restante. Le cycle s'achève alors avec les douleurs dans les muscles du dos parce qu'ils sont trop sollicités.

On a donc à l'origine du problème une structuration de l'égo en opposition avec l'Essence, cette contradiction s'exprimant chez Dominique en suivant les points de faiblesses déjà présent dans l'organisme – le rein puis la vertèbre lombaire. Ainsi, maladies et pathologies suivent-elles souvent la ligne de moindre résistance.

J'ai effectué un rééquilibrage de la circulation de l'énergie. Mais c'est surtout en traitant l'opposition structure/Essence que le problème a été résolu. Le problème de fatigue chronique de Dominique a été définitivement réglé, de façon spectaculaire, par la kinesiologie. Le point de faiblesse lombaire est demeuré, mais n'étant plus sollicité par un vide d'énergie, les douleurs lombaires ont disparu elles aussi.

Force vitale contre fatigue chronique

Que se serait-il passé si Dominique n'avait pas eu les reins faibles, et qu'il n'ait pas eu malformation d'une vertèbre ? Dans ce cas, l'opposition entre sa structure et son Essence se serait exprimée au niveau physique d'une autre façon. Toutefois, dès que la force vitale est en question, la fatigue s'installe, un syndrome de fatigue chronique peut apparaître.

Le cas de la seconde personne, appelons-la Natalie, est intéressant parce que les symptômes associés à la fatigue sont complètement différents. Natalie est venue consulter en kinesiologie pour des insomnies, ou un sommeil non-réparateur, et une fatigue permanente. D'autres symptômes sont présent. Elle est toujours angoissée, elle est souvent malade : rhume, bronchite, migraine.

Les séances révèlent ceci : Natalie, qui a environ 40 ans, a passé un stade de sa vie où elle a fait beaucoup de choix sociaux, pour plaire aux autres. Comme dans le cas de Dominique, elle a renoncé à sa véritable personnalité. Elle a donc renoncé au capital énergétique qui était prévu pour qu'elle avance dans la vie en Unité avec son Essence.

Le génie de la Kinésiologie Essentielle ? Continuer à évoluer même si la situation semble bloquée !

Le soin a consisté tout d'abord à reconnecter Natalie à sa propre Essence, en lui montrant que l'intention et la conscience qui ont été enfouies sont toujours disponibles. Par exemple, Natalie avait toujours rêvé de faire du cheval. C'était un désir lié à sa nature Essentielle. En permettant à Natalie de se raccrocher de nouveau à ce rêve, elle a pu se dire : « Ce n'est pas trop tard ! », amorcer un changement. Alors que cette Essence était vue comme inapropriée et inutilisable, Natalie a renoué le lien avec son Essence par le cheval, et cette Essence utilisée a pu renvoyer de l'énergie ailleurs. Ce déblocage a permis de résoudre les différents symptômes. Aujourd'hui Natalie continue à travailler sur elle, bien qu'elle se soit guérie. Elle sait que chaque fois qu'elle perd de l'énergie, c'est qu'elle renonce à une part essentielle d'elle-même... donc elle prend un autre chemin.

kinesiologie et modernité

Des recherches ont été entreprises pour déterminer les causes du syndrome de fatigue chronique, en virologie, en immunologie, en neuro-physiologie. De ces recherches, je ne saurais donner un quelconque avis : je ne suis ni médecin, ni scientifique, ce n'est pas mon domaine. Les deux cas présentés répondaient-ils à la définition d'un syndrome de fatigue chronique ? C'est possible.

En revanche, comme therapeute en kinesiologie, il est clair que la fatigue n'était qu'un symptôme parmi d'autres, et que la pathologie dépendait d'un enchainement de points de faiblesse. Pour Natalie et Dominique, la kinesiologie a très bien fonctionné.

On peut se demander pourquoi la kinesiologie n'est pas davantage associée aux recherches et au soins effectués en France par le milieu médical, alors qu'elle a beaucoup à apporter. On pourrait dire la même chose d'autres disciplines alternatives, par exemple l'acupuncture. Certains pays, plus pragmatiques, ont déjà franchi ce cap. Au Canada par exemple, la kinesiologie est enseignée dans les universités, et les kinésiologues exercent dans les milieux sportifs, médicaux, sociaux... Il n'est pas possible de présenter ici la kinesiologie dans le monde, ni les différences entre les kinesiologies pratiquées en Europe et en Amérique, mais on se reportera avec bonheur aux articles publiés par Wikipedia aux références: kinesiologie et kinesiologie appliquée. Parions qu'en France, ce rapprochement se fera certainement un jour, une fois la résistance culturelle dépassée.

Articles les plus lus:

Retour en haut

Suivez-moi sur